On m’a demandé une ou deux fois si j’écrivais des critiques de jeu vidéo (puisque ma thèse porte là-dessus). Je pense que ce serait une opportunité d’essayer. De pouvoir faire quelques textes critiques, pour voir comment s’articulent les éléments que j’ai identifié dans le cadre de ma recension des écrits sur la critique. Ça permet d’ancrer la recherche dans quelque chose de concret, ce que j’avais fait en commençant à téléverser des vidéos sur YouTube pendant que je faisais mon mémoire de maitrise. C’est aussi un bon moyen de faire du brainstorm.

Je vais tenter ma chance avec les jeux auxquels je joue présentement. J’ai fait plusieurs achats dans les derniers mois et j’ai quelques titres à compléter dans le cadre de la thèse. En fait je me concentre sur les titres de la série Castlevania (Konami, 1986-présent), mais il y a d’autres œuvres que je veux essayer d’ici la fin de l’année.

Puisque je ne joue pas aux jeux lors de leurs sorties (tant par manque de temps que d’argent), je pense que mes textes seraient plutôt orientés vers le slow journalism

On retrouve la définition suivante du slow journalism dans le dictionnaire du journalism publié par l’Oxford University Press : « A concept of journalism that puts quality, depth, and accuracy above speed. Inspired by the ‘slow food’ movement, adherents of slow journalism argue that journalists need the time and space to do their jobs properly by getting out of the office, nurturing a range of contacts, building trust, reading documents, and generally engaging in reflective practice » (Greenberg, 2014).

En n’étant pas tant contraint par le temps (faire sortir la nouvelle) et en voulant m’engager dans une pratique auto-réflexive, je crois que mes textes pourront cadrer dans ce type de production (quoique je ne suis pas journaliste).

J’ai orienté mes derniers achats de jeux autour de trois critères (hiérarchisés) principaux

  1. Est-ce que cela m’intéresse?;
    1. Dans quel genre le jeu s’inscrit-il?;
    2. Visionnement de séquences de jouabilité;
    3. Si jamais je ne suis pas certain : lecture de commentaires et de textes critiques.
  2. Combien de temps est-ce que ça risque de prendre (en regardant les données sur Howlongtobeat);
    1. Ajouter 10% au temps de complétion moyen;
    2. Y a-t-il des risques de répétitivité et phases de grinding (je ne suis pas un grand fan)?
  3. Est-ce que ça peut-être utile dans le cadre de recherche?
    1. Possibilités de lectures;
    2. Connexions possibles avec d’autres médias (télévision, cinéma);
    3. Autres.

Je tente d’écrire un premier slow review dans les prochain jours. Je ne sais pas à quel point je vais utiliser les vidéos que je fais déjà (j’archive toutes mes parties), ça semble demander pas mal de temps.

Greenberg, Susan. 2014. « slow journalism ». En ligne. Dans Tony Harcup (dir.),  A Dictionary of Journalism. <https://www.oxfordreference.com/view/10.1093/acref/9780199646241.001.0001/acref-9780199646241-e-1256?rskey=aFMSIG&result=1249&gt;.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s